vendredi 17 août 2012

La famille Holstein-Schaumburg

L’histoire de la feuille d’ortie des Holstein est caractéristique des armes "emblèmes" de familles très connues. À toutes les époques, les auteurs ont voulu expliquer son origine et sa figuration héraldique. Le motif, une simple bordure à l'origine, a évolué en une figure complexe dont l'illustration qui suit est un bien bel exemple.
Armes Holstein, église de Jetenbuch (Siebmacher, 1909)
   Merci à B. Peter (site) pour ses conseils, la notice Holstein tirée du Siebmacher (1909), avec illustrations, et la révision des informations – en langue allemande, traduites en français – de la présentation historique.
N.B. Mise à jour le 26 octobre 2014.

• Présentation historique de la famille
   Le berceau de la maison de Schauenburg, et plus tard Schaumburg, est le château de Schauenburg perché sur le Nesselberg à l'est de Rinteln en Basse-Saxe.
   Le comté de Schauenburg est créé en 1030. Adolphe de Schauenburg (†1130) reçoit le titre de comte de Holstein et de Stormarn, en 1110/1111, de Lothaire III du Saint Empire ou de Supplinburg (†1137), duc de Saxe, après le décès de Gottfried de Hamburg.
   Plus tard, les rois du Danemark cherchent à agrandir leur royaume. Adolf III perd le Holstein à la bataille de Stellau. Son fils, Adolf IV, réussit à reconquérir le Holstein en 1227. Les comtes de Holstein peuvent ainsi maintenir leur domination sur le Holstein et même étendre leur influence sur le duché de Schleswig. Cela leur permet d'être reconnus par le Danemark. Aussi, en 1386 quand s'éteint la lignée des ducs de Schleswig, ils réussissent à obtenir officiellement la titulature du duché de Schleswig auprès du roi du Danemark.
   Entre 1261 et 1390, la maison de Holstein se divise en plusieurs branches : Holstein-Itzehoe (1261-1290) -- Holstein-Kiel (1261-1321) -- Holstein-Segeberg (1273-1308/1315) -- Holstein-Plön (1290-1390) -- Holstein-Pinneberg ou Holstein-Schauenburg (1290-1640) -- Holstein-Rendsburg (1290-1459). La branche Holstein-Rendsburg est la plus importante. Quand ellle s'éteint en 1459 et suite au traité de Ripen, le Holstein passe à la maison d'Oldenbourg qui a accédé au trône danois en 1448. Le Holstein reste un comté jusqu'en 1474, puis devient duché du Saint Empire germanique.
   La feuille d’ortie est une figure spécifique de la zone germanique, ce qui explique que toutes les langues traduisent Nesselblatt par "ortie" ou "feuille d’ortie" (ENG nettle, ESP ortiga et ITA ortica). Les armes Holstein sont blasonnées en allemand : "in Rot ein silbernes Nesselblatt".

• Les images
   Les illustrations sont classées par type de support : sceaux, sculptures, manuscrits. Les représentations concernent majoritairement la famille Holstein et ses différentes branches. J’ai ajouté une représentation d’armoiries de la famille Limbeck, tirée de l’armorial Bellenville, qui donne la variante "bordure denchée" tout en ayant, dans le même armorial, la formule "feuille d'ortie". Les armoiries sont présentées, dans leur catégorie, des plus anciennes aux plus récentes. L’évolution du motif ne semble pas avoir été linéaire.

sceaux (reproductions d'empreintes)
1247-1255 -- Gerhard I et Johann I von Holstein-Schaumburg (dans Milde, 1862-1865)
1271-1302 -- Johann II von Holstein-Kiel (dans Milde, 1862-1865)
1290-1312 -- Gerhard II von Holstein-Plön (dans Milde, 1862-1865)
1317 -- Gerhard III von Holstein-Rendsburg (dans Milde, 1862-1865)
1342 -- Gerhard V von Holstein-Plön (dans Milde, 1862-1865)
1382 -- Otto I von Holstein-Pinneberg (dans Milde, 1862-1865)
Sculptures sur pierre ou illustrations tirées du Siebmacher (1909)
1273 -- Adolf V (Siebmacher, 1909)
v. 1300 -- Wappen in der Kirche zu Jetenbuch [armes sculptées dans l'église de Jetenbuch] (Siebmacher, 1909) ;
version naturaliste ; un écu similaire est visible au château de Stadthagen, photo sur le site de B. Peter.
1331-1339 -- Gerhard III der Grosse (Siebmacher, 1909)
– Armoriaux
v. 1364-1390 -- "de gueules à la feuille d’ortie d’or", Limbeck, BEL f°53v17 (d'après Jéquier 1983)
v. 1364-1390 -- "de gueules à la feuille d’ortie d’argent", Holstein, BEL f°35v1 (d'après Boos 811)
v. 1480 -- Graf von Schaumburg, Grünenberg Wappenburg f°133 (©BSB, München, 35320-137)
[NB du 26 oct 2014 : seules 2 sources donnent cette variante, ce qui semble écarter la notion de brisure ; l'autre source est le Wappenbuch von den Ersten ou Codex Seffken, au f°31v (D. Greve van Schouwenborch). Merci à BP pour la précision]
1523 -- "écartelé […] ; sur le tout, écartelé, […] au 2, de gueules à la feuille d’ortie d’argent ; […]",
Christian II, roi de Danemark (détail, d'après Boos 155)

• Eléments d'explication
   Cette figure était constituée au départ, dans un écu en triangle, par une bordure denchée (dents triangulaires bien marquées). La forme de l’écu obligeait l’artiste à modifier la bordure dans les trois angles, ce qui a donné naissance à trois excroissances qui se sont arrondies pour ensuite s’étrangler et se transformer en clous. La bordure s’est élargie jusqu’à ne plus laisser de place en coeur, sauf pour un élément tel un écusson.
   O. Neubecker écrit : "Les blasons [erreur de traduction : il faut lire "armes"] ci-dessous montrent ce qu'il faut entendre réellement par "feuille d'ortie". Ce terme technique désigne une figure qui, dès le haut Moyen Âge, s'est dégagée du naturalisme, en l'occurrence une bordure en zigzag.
   Au cours du temps, cette figure à l'aspect mystérieux a encore évolué ; les coins du triangle ont même été pris pour les clous de la Passion !" (p. 134 et illustration ci-dessous)
feuille d'ortie (Neubecker, p. 134)
   Ce qui est surprenant, c’est que la forme “esquisse de clous” soit déjà présente au XIVe siècle.
   B. Peter suggère que cette figure était, à l’origine, une structure renforçant l’écu. L’origine du motif est manifestement liée historiquement avec le Danemark.

• Sources spécifiques
-- JÉQUIER (Léon), 1983, Armorial Bellenville, Paris : Le Léopard d'Or (Cahiers d'Héraldique V), 1983, 357 p. [édition savante avec dessins au trait].
--  MILDE (Karl Julius), WEHRMANN (C. F.), Lübeck Archiv, 1862-1865, Siegel des Mittelalters aus den Archiven der Stadt Lübeck vom Verein für Lübecksche Geschichte und Alterthumskunde, Lübeck, 1856 (vol. 1-4) et 1862 (vol. 5-10).
-- PETER (Bernhard), 2012, Die Wappen der Grafen von Schauenburg in Westfalen und der Fürsten von Schaumburg-Lippe (en ligne)
-- SIEBMACHER's großes Wappenbuch, 1. Band, 1. Abteilung, 2. Teil: Die Wappen der deutschen Souveräne und Lande, bearbeitet von Gustav Adelbert Seyler, Nürnberg 1909. (cf. page consacrée à l'œuvre de Siebmacher sur le site de B. Peter)
-- THISET (Anders, ed.), 1917, Danske kongelige Sigiller (1085-1559), recueillis par le Dr. Henry Petersen, Copenhagen : C.A. Reitzel, 1917.

1 commentaire:

  1. Oh, super intéressant tout ça !
    Merci pour ces explications.

    RépondreSupprimer