lundi 29 octobre 2012

Ordre de description en langue du blason

Ce billet sera majoritairement en noir et blanc, ce qui permettra de faire ressortir en rouge les numéros précisant dans quel ordre le blasonnement doit être énoncé.
   Il est intéressant de noter que l'ordre dans le blasonnement peut différer d'une langue à l'autre. Par exemple, pour Bourgogne "dit ancien" (ancien duché de Bourgogne), on relève :
Le duc de borgongne, LBR pl. 6, 13 (©AN)
- français "bandé d'or et d'azur, à la bordure de gueules"
- english "bendy of six or and azure, a bordure gules"
- deutsch "innerhalb eines roten Bordes fünfmal golden-blau schräggeteilt"
- italiano "bandato d'oro e azzurro a sei pezzi, con la bordura di rosso"
- español "bandado de oro y de azur con bordura de gules"
   et pour la région de la Franche-Comté (comté de Bourgogne) :
Le cte de borgongne, LBR pl. 12, 117 (©AN)
- français "d'azur billeté d'or, au lion du même (armé et lampassé de gueules)"
- english "azure billetty or, a lion or (armed and langued gules)"
- deutsch "in blauem, mit goldenen, aufrechten Schindeln bestreutem Feld ein goldener Löwe"
- nederlands "van azuur, bezaaid met blokjes van goud, met daar overheen een leeuw van goud (geklauwd en getongd van keel)"

   Quelques règles sont communes à tous les blasonnements en français : la dextre est décrite avant la senestre, et ce qui est en chef avant ce qui est en pointe
   Les illustrations en noir et blanc proviennent toutes de l'ouvrage de Rietstap. Les blasonnements ont été soigneusement vérifiés. J'ai ajouté quelques commentaires entre [crochets].

• écus partitionnés (chargés ou non de figures)
-- parti / coupé / tranché / taillé
• Talaru (de), Forez. Parti d'or et d'azur, à une cotice de gueules brochante (pl. I, 22)
Honthelm (von), Province rhénane. Coupé d'azur et d'or, l'azur chargé d'un lévrier d'argent,
colleté et bouclé de gueules (pl. I, 24)
Guérin de Tournel, Languedoc. Tranché d'argent et de gueules (pl. I, 27)
Löwel (von), Bavière. Taillé d'or et d'argent (pl. I, 30) [armes à enquerre]
-- chapé / chapé-ployé / mantelé / chaussé
Hautin (de), Bourgogne. D'argent chapé de pourpre (pl. III, 59)
Clignett, Hollande. D'or à une rose de gueules, boutonnée d'or, barbée de sinople,
chapé-ployé d'azur à deux fleurs-de-lis d'or (pl. III, 62)
Ghisi, Venise. D'argent mantelé de gueules (pl. III, 58) [quand la pointe du mantelé se trouve au milieu de l'écu,
on peut blasonner : "mantelé de gueules et d'argent" ou encore "divisé en chevron de gueules et d'argent"]
d'Yvonne, Savoie. De gueules au pal d'argent, chaussé d'or (pl. III, 66)
-- pile / piles et pointe / émanché à senestre / parti-émanché
• ChandosCambrigeshire. D'or à une pile de gueules (pl. III, 69)
• HuiseHampshire. D'argent à deux piles et une pointe, le tout de sable (pl. IV, 2)
• Aheim (von)Allemagne. De sinople émanché à senestre de deux pièces d'argent (pl. IV, 10)
• Van RhoonHollandeParti-émanché d'or et de gueules (pl. IV, 8)
-- embrassé à senestre / chaperonné / flanqué / vêtu
Völcker, Francfort sur le Main. D'argent à une rose de gueules, embrassé à senestre du second (pl. IV, 3)
Stauffeneck (von), Allemagne. De gueules à trois fasces d'argent, chaperonné du second (pl. III, 64)
Hobart, Norfolk. D'hermine à une étoile à huit rais rayonnante d'or, flanqué de sable (pl. IV, 34)
Raiser (von), Bavière. D'or à une rose de gueules, vêtu d'azur [autre blasonnement, "d'azur à la grande
losange d'or chargée d'une rose de gueules", avec un ordre différent] (pl. IV, 5)
-- écartelé (quartiers par paires) / écartelé (quartiers différents) / écartelé en sautoir / écartelé en équerre
Geuder de Rabenstein, Bavière. Écartelé : aux 1 et 4 d'azur à un triangle à trois facettes d'argent, posé sur l'une de ses pointe, entre trois étoiles du même ; aux 2 et 3 de gueules à un triquêtre armé d'argent (pl. V, 9)
Puchenstein (von), Tyrol. Écartelé de gueules, d'argent, d'or et de sable (pl. II, 30)
[en 3, le pointillé de l'or a été oublié]
Hartzheim (von), Westphalie. Écartelé en sautoir de gueules et d'or (pl. II, 34)
Tale (von), Brunswick. Équartelé en équerre de gueules et d'argent (pl. II, 33) [P. Joubert le nomme écartelé-éclopé]

• pièces en nombre unique, en nombre multiple (rebattement) ou ayant donné naissance à une partition
-- chef / fasce / fascé / tiercé en fasce
Caulaincourt (de), Picardie. De sable au chef d'or (pl. I, 36)
Vosch Van Avesaet, Hollande. D'or à la fasce de gueules, au lion naissant issant [merci à Ssire ] en chef de sable,
armé et lampassé de gueules, couronné d'or (pl. I, 53)
Van Pallandt, Gueldre, Hollande. Fascé de sable et d'or (pl. I, 58)
Franchi, Venise. Tiercé en fasce de sinople, d'argent et de gueules (pl. II, 2)
N.B. du 26 novembre 2013 concernant le blasonnement de la famille Vosch Van Avesaet : HJG me signale que "Il existe un autre blason de la même famille au lion naissant, mais sans fasce". Dans ce cas, le blasonnement donné par Rietstap pour l'image ci-dessus, avec le terme "naissant", pourrait se justifier, la fasce servant de brisure et brochant sur le lion naissant.

-- bande / bandé / tiercé en bande
Blanck (von), Bavière. De sable à la bande d'argent chargée de trois fleurs-de-lis du champ,
posées chacune en barre (pl. II, 12) [il est important d'indiquer la position des fleurs-de-lis
car, par défaut, elles sont posées dans le sens de la bande]
Jouvenel des Ursins, Champagne, Languedoc. Bandé d'argent et de gueules, au chef d'argent,
chargé d'une rose de gueules et soutenu d'une divise d'or (pl. II, 19)
Amiel, Italie. Tiercé en bande d'or, de gueules et d'argent (pl. II, 22)
-- barre / barré
Loreyn, Ville de Harlem. D'or à la barre d'azur, chargée de trois étoiles du champ (pl. II, 29)
Niederhaus (von), Allemagne. Barré d'argent et de gueules de quatre pièces, à une émanchure senestre et à une enchaussure dextre, toutes deux de sinople (pl. I, 33)
-- pal / palé / palé-contre-palé / tiercé en pal
Mittrowsky, Silésie. De gueules au pal d'argent (pl. I, 39)
Trivulzio, Milan. Palé d'or et de sinople (pl. I, 44)
Revest (de), France. Palé-contre-palé d'argent et d'azur de huit pièces (pl. I, 46)
Heldritt (von), Saxe, Prusse. Tiercé en pal de gueules, d'argent et d'azur (pl. I, 50)
-- bordure / orle / cyclamor ou orle rond / écusson
Thiennes (de), Hainaut. D'or à la bordure d'azur, à un écusson du second chargé d'un autre écusson d'argent, surchargé d'un lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or (pl. IV, 37)
Spring, Suffolk. D'azur à un orle d'argent (pl. II, 50)
Barbaro, Venise. D'argent à un cyclamor ou orle rond de gueules (pl. II, 51)
Droste zu Vischering, Province rhénane. De gueules à l'écusson d'argent (pl. II, 52)
-- chevron / chevronné / chevronné-contre-chevronné / tiercé en chevron
Menjot, Maine. D'argent à un chevron d'azur, accompagné en chef de deux épis feuillés de gueules, et en pointe d'un lion du même (pl. II, 59)
Van Egmond, Hollande. Chevronné d'or et de gueules de douze pièces (pl. III, 12)
Westhauser (von), Alsace. Chevronné-contre-chevronné d'azur et d'or de quatre pièces (pl. III, 11)
Stingelheim (von), Bavière. Tiercé en chevron de gueules, d'argent et de sable (pl. III, 15)
-- giron / mal-gironné / gironné / gironné de 10 pièces
Du Cluseau, Limousin. D'argent au giron de gueules (pl. II, 42)
Maugiron (de), Dauphiné. Mal-gironné d'argent et de sable (pl. II, 43) [armes parlantes]
Seyssel d'Aix (de), Savoie. Gironné d'azur et d'or (pl. II, 39)
Baudier, Bruxelles. Gironné de gueules et d'hermine de dix pièces (pl. II, 41)
-- franc-quartier / croix / équipolé / échiqueté
Van der Schueren, Hollande. D'argent à trois fleurs-de-lis au pied coupé (alias au pied nourri), au franc-quartier de gueules, chargé d'un lion d'argent (pl. II, 35) [la fleur-de-lis masquée par le franc-quartier doit être blasonnée]
Singendonek, Gueldre, Hollande. D'argent à la croix de gueules,
cantonnée aux 2 et 3 d'un écusson de sable (pl. III, 16)
Van den Hecke, Bruxelles. Cinq points d'or équipolés à quatre de sable (pl. II, 48)
Veranneman, Flandre. Échiqueté d'or et de gueules (pl. II, 46)
-- palissé / fretté / losangé / fuselé
Geniceo, Lombardie. De gueules palissé d'argent (pl. IV, 13)
Formanoir (de), Luxembourg. d'or fretté de sable (pl. IV, 11)
Turpin de Crissé, Poitou, Bretagne. Losangé de gueules et d'argent (pl. IV, 18) => Losangé d'argent (1) et de gueules(2).
Blond, Angleterre. Fuselé de sable et d'or (pl. IV, 20)
N.B. Turpin a sa numérotation inversée car son blasonnement s'est révélé erroné (Rietstap donnait deux versions : celle qui accompagnait l'illustration s'est révélée différente de celle présentée dans la partie dictionnaire). Dans le même ordre d'idée, il me semble utile de vérifier aussi le blasonnement de Blond qui semble présenter le même défaut...

• Pour aller plus loin - quelques blasonnements plus complexes
Carlsson, Suède. Trianglé alias endenté alias fuselé-coupé d'azur et d'or (pl. I, 34)
Merveldt (von), Westphalie. D'azur à trois chevrons entrelacés d'or, le troisième renversé (pl. III, 10)
[peut aussi être blasonné "d'azur mal fretté d'or"]
Prudhon, France. Écartelé de sinople et d'argent, à l'écusson de l'un en l'autre et au flanqué aussi de l'un en l'autre brochant sur le tout (pl. IV, 35)
Claret, Comtat-Venaissin. D'azur à un arc-en-ciel au naturel, accompagné en chef de trois étoiles et en pointe d'un soleil, le tout d'or (pl. V, 1) [l'arc-en-ciel "au naturel" est composé de haut en bas de : or-gueules-sinople-argent, ce qui correspond aux couleurs traditionnelles, non scientifiques, héritées du Moyen Âge]
• Références
-- JOUBERT (Pierre), 1977, Les Armes, initiation à l'Héraldique, Rennes : Ouest-France.
-- RIETSTAP (Jean-Baptiste), 1884-87, Armorial général, précédé d'un Dictionnaire des termes du blason, Gouda : G.B. Van Goor Zonen, 2 vol. (vol. 1 - vol. 2).

6 commentaires:

  1. Bonjour,
    J'essaye de m'imprégner de la logique de l'ordre.
    J'ai du mal à saisir pourquoi sur l'exemple: Huise, Hampshire. D'argent à deux piles et une pointe, le tout de sable (pl. IV, 2), piles en 3 et pointe 2 sur le dessin ?
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais interverti les 2 et les 3... La correction a été effectuée.

      Supprimer
  2. Passionnant à comprendre les principes directeurs ... je pense donc avoir saisi les grandes lignes. L'idée d'associer blason, image et chiffre est excellente.
    Je n'aurais pas noté aussi la direction des mouchetures vers le centre dans Baudier, Gironné de gueules et d'hermine de dix pièces. Peut-être influencé par le style différent des mouchetures anglo-saxonnes, j'aurais pensé que les mouchetures (pièces) gardaient la "tête" vers le haut (sauf mention contraire).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le blasonnement peut être plus ou moins précis et c'est cela qui fait la beauté de l'héraldique car ainsi on laisse toute latitude à la créativité de l'artiste.

      Supprimer
  3. Pour Von Löwel (Taillé d'or et d'argent), pourquoi est-il indiqué qu'il est à enquerre ? Il me semble que les deux portions d'une partition se trouvent sur la même couche, et donc qu'ici il n'y a pas de superposition des métaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je cite ce que j'ai écrit dans mon billet sur les couleurs :
      «Le blason est régi par une règle que l’on préfère ne pas enfreindre. C’est la règle des couleurs : "Ni métal sur métal, ni couleur sur couleur [= ni "émail" sur "émail"]". C’est ainsi qu’il vaut mieux éviter de mettre du jaune sur du blanc et inversement, ou encore de superposer, par exemple, du bleu sur du rouge, du vert ou du noir.
      Cette règle a été édictée pour permettre une meilleure lisibilité, améliorée par le contraste entre couleurs claires et couleurs soutenues. M. Pastoureau (cédérom L'univers du blason, 2004) ajoute que : "De la technique de l’émailleur, l’héraldique aurait aussi pu emprunter la règle de ne pas employer émail sur émail mais de toujours les séparer par un métal."»
      Que les deux parties d'une partition soient juxtaposées au lieu de superposées, ne change rien au problème de "mauvaise" lecture des couleurs, ce qui explique qu'on évite généralement de mettre du blanc à côté de jaune, sauf enquerre "volontaire" comme c'est le cas dans les armes du royaume de Jérusalem.

      Supprimer