lundi 9 avril 2012

Notions - les meubles


Nous avons parcouru les partitions (ou divisions qui créent des zones distinctes à l'intérieur de l'écu) et les pièces (figures principales dont la position est fixe et le nombre limité). Nous allons examiner maintenant les meubles, figures dont la place n'est pas fixe. Soit on peut donner leur nombre, soit elles peuvent être innombrables ou sans nombre (on parle alors d'un semé). Leur spécificité, rare en héraldique, est de constituer un ensemble ouvert : toute nouvelle figure peut être introduite en héraldique en tant que meuble. On trouve ainsi des mongolfières pour la famille de Montgolfier.
     Furetiere nous dit qu'un meuble, c’est « tout ce qui charge, brise ou accompagne les pieces & les divisions d’un escu » (1690, notice “meuble”).
[FRA meuble ; ENG charges ; DEU Figur ou Zeichen ; ESP muebles]

     Dans l'armorial Le Breton (1292-1294), sur un corpus de 940 figures, on trouve neuf écus partitionnés, 448 pièces, deux champs plains [= unis] et 31 champs composés, ce qui donne un total de 490. Restent 460 meubles, ce qui fait un peu moins de la moitié.
     Les 460 meubles restants se répartissent ainsi (les figures soulignées existaient déjà à la naissance de l'héraldique) :
  • Animaux : 209 (aigles/aiglettes/alérions - bars - chabots - dauphin - léopards/lions/lionceaux passants - lions/lionceaux [rampants] - merlettes)
  • Figures symétriques : 176 (annelets - besants/tourteaux - billettes - coquilles - croissants - étoiles/molettes - lambels - losanges/fusées/macles/losangés - tourelles)
  • Végétaux : 40 (arbres - fleurs de lis - gerbes - roses/angemmes/quintefeuilles/tiercefeuilles)
  • Outils/ustensiles/armes : 31 (broyes - clef - doloire - épée - fer à cheval - fermaux - huchets - maillets/marteaux - pot/pignate - rateaux - roue)
  • Parties du corps humain : 4 (dextrochère - mains)
  • Etoffes : 3 (fanon - gonfanon - manche)
  • Animal imaginaire : 1 (dragon)
N.B. Les illustrations qui suivent sont tirées de différents armoriaux dont l'armorial Le Breton.

Aigle (N. fém.) / aiglette / alérion
"d’argent à l’aigle de sable, becquée et membrée de gueules", Dalhousie, ETO Écosse f°131v (©BNF)
"de gueules à l’aigle d’or", Jaurrieta, Lib. Navarra 102 (d'après Boos 649)
"d’argent à la fasce d’azur accompagnée de quatre aiglettes du même", Hotot-en-Auge, ETO Normandie f°66 (©BNF)
"d’or à la bande de gueules chargée de trois alérions d’argent", Lorraine, BEL 35r1 (d'après Boos 666)
[FRA aigle (< lat. aquila) ; ENG eagle ; DEU Adler ; NED adelaar ; ESP águila ; ITA aquila]
[FRA aiglette ; ENG eaglet ; DEU Adlerjunges, ou kleiner Adler ; NED adelaartje ; ESP águileta ; ITA aquilotto]
[FRA alérion (< a.b.frq. *adalaro "aigle"); ENG alerion, ou eaglet without beak and legs ; DEU gestümmelter Adler ou kleiner Adler ; NED geknotte adelaar ; ESP aguilón ou alerión ; ITA alerione]

• Angemme / quintefeuille / rose
"de gueules à trois angemmes d’argent", Foucaud du Merle, WIN 407 (d'après Boos 346)
"de gueules à trois quintefeuilles d’argent", Foucaud du Merle, ETO Normandie f°66 (©BNF)
"d’argent à une quintefeuille de sable", Richard Poquaire, Cour amoureuse 481 (d'après Boos 821)
"d’argent à la rose de gueules, boutonnée d’or, barbée, tigée et feuillée de sinople",
la ville d’Uznach (St-Gall), bois gravé, chronique de Stumpf, 1547 (d'après Boos 828)
[FRA angemme ; ENG angemmes, cinquefoil (les autres langues utilisent, selon les représentations, les termes correspondant à quartefeuille, quintefeuille,…)]
[FRA rose ; ENG rose ; DEU Rose ; NED roos ; ESP rosa ; ITA rosa]
[FRA quintefeuille ; ENG cinquefoil ; DEU Fünfblatt ; NED vijfblad ; ESP quinquefolio ; ITA cinquefoglie]

• Croissant -- Fermail -- Fleur de lis
"d’or à un croissant de sable", Sigmund Stockhorner auf Stockern, ETO Autriche f°18v (©BNF)
"de gueules au fermail d’argent, l’ardillon épinglant le champ", Frédéric de Zedlitz, BEL 71r9 (d'après Boos 1087)
"d’azur à la fleur de lis d’argent", Jean Van Eyll, BEL 70v11 (d'après Boos 399)
[l'origine de cette figure très stylisée a donné lieu à de très nombreuses interprétations]
[FRA fermail, -aux (< fermer < lat. class. firmare "rendre ferme, solide") ; ENG buckle ; DEU Spornschnalle ; NED gesp ; ESP hebilla ; ITA fermaglio]
[FRA croissant (N. ; de croître < lat. class. crescere) ; ENG crescent ; DEU Halbmond ; NED wassenaar ; ESP creciente ; ITA crescente]
[FRA fleur de lis (< lat. flos et < lat. lilium) ; ENG fleur-de-lis ; DEU Lilie ; NED lelie frans ou lelie heraldisch ; ESP flor de lis ; ITA giglio ou fiordaliso]

Dextrochère / fanon / gonfanon
"de gueules semé de croisettes d’or, au dextrochère d’argent, paré d’or, tenant une bague du même,
au chaton d’azur", Conrad de Lösnich, Vienne, Cod. 3297, f°29, 17 (d'après Boos 774)
"d’or au chef d’azur chargé d’un bras d’argent, vêtu d’hermine, le manipule (ou fanon) brochant sur le tout",
Villiers de L’Isle-Adam, ETO f°54, 22 (d'après Boos 307 et 1089)
"d’or au gonfanon de sinople, frangé de gueules", Raoul de Guiberville, Cour amoureuse 638 (d'après Boos 416)
[FRA dextrochère (< b.lat. dextrocherium "bracelet" ; du lat. dexter "qui est à droite" et du gr. χείρ "main") ; ENG dexter arm ; DEU Rechtsarm ; NED rechterarm ; ESP brazo diestro ou diestrocero ; ITA destrocherio ou avambraccio destro ou braccio]
[FRA fanon (< a.b.frq. *fano "morceau d’étoffe" ; terme désuet) ou manipule ; ENG maniple ; DEU Manipel ; NED manipel ; ESP manipulo ; ITA manipolo]
[FRA gonfanon (< a.b.frq. *gundfano "bannière de guerre") ; ENG gonfanon ; DEU Kirchenfahne ; NED kerkvaan ; ESP gonfalón ; ITA gonfalone]

Dragon
"d’argent au dragon de gueules, la queue terminée par une tête de serpent",
Jean, vicomte de Corbeil, seigneur de Grez et Jalemain, Le Breton 188 (©AN)
"Argent, a dragon rampant sable", Dauney (Parker) [dragon anglais à quatre pattes]
"taillé d'argent et de gueules, une tête de dragon de gueules issant du trait du taillé",
Wacker, ETO Autriche f°19v (©BNF)
"d’argent à la croix gringolée de gueules", Hune, al. Huyn d’Amstenraede, Gelre 909 (d'après Boos 256)
[gringolé "qualifie une figure dont les extrémités sont terminées par des têtes de dragon]
[FRA dragon (< lat. draco, onis < gr. δράхων < δέρхομαι "regarder fixement ou d’un œil perçant") ; ENG wyvern (2 pattes) ou dragon (4 pattes) ; DEU Drache ; NED draak ; ESP dragón ; ITA dragone]

Lion / lionné (léopard —) / léopard / léopardé (lion —)
"de gueules au lion d’argent, armé et lampassé d’azur", Velsen, BEL 43r20 (d'après Boos 425)
"de sable au léopard lionné d’or, lampassé de gueules", Jean de Havrincourt, Cour amoureuse 773 (d'après Boos 469)
"d’or à deux léopards de sinople, lampassés de gueules", Colin Payen, Cour amoureuse 639 (d'après Boos 464)
"d’or au lion léopardé (ou passant) de gueules, armé d’or, lampassé d’azur, à la bordure de gueules,
le comte de Soissons, GEL 349 (d'après Boos 430)
[FRA lion (< lat. leo) ; ENG lion ; DEU Löwe ; NED leeuw ; ESP león ; ITA leone]
[FRA lionné (léopard) ; ENG rampant (léopard) ou rampant guardant (lion) ; DEU steigender (léopard) ou hersehender (lion) ; NED geleeuwde ; ESP leonado ; ITA illeonito (léopard) ou guardante (lion)]
[FRA léopard (< b.lat. leopardus) ; ENG leopard ou lion passant guardant ; DEU Leopard ou hersehender schreitender Löwe ; NED luipaard ; ESP leopardo ; ITA leopardo]
[FRA léopardé ou passant ; ENG passant ; DEU schreitender ; NED gaande ; ESP leopardo ; ITA illeopardito ou leopardito ou passante]

Main -- Merlette
"de gueules à la main d’argent, chargée d’un besant d’or", Adam Polon, Cour amoureuse (d'après Boos 767)
"de sable à trois mains gauches d’or", Nicolas Malesmains, Toison d’or, f°65, 14 (d'après Boos766)
"d’argent à trois merlettes de gueules", Jacques de Le Pierre, Cour amoureuse 682 (d'après Boos 688)
[forme ancienne, moins stylisée]
"de gueules à trois merlettes d’argent", Dazy, Armorial de Dubuisson, I, pl. 124 (d'après Boos 406)
[FRA main (< lat. manus) ; ENG hand ; DEU Hand ; ESP mano ; ITA mano]
[FRA merlette  (< lat. merŭla "merle noir") ; ENG martlet ou merlette ; DEU Gestümmelte Amsel ; NED merlet ; ESP merleta ou mirleta ; ITA merlotto ou merla ou ucello]

-----------------------------------------------
Pour aller plus loin - Meubles rares
     Après vous avoir présenté quelques-uns des meubles les plus fréquents des débuts de l'héraldique, j'en choisirai quelques-uns de plus rares : en effet, toute figure peut être utilisée sans limitation d'aucune sorte.
N.B. La stylisation (simplification et figement du dessin) et les qualificatifs spécifiques associés peuvent permettre de connaître l'ancienneté de l'introduction de la figure.
"d’argent au cœur de gueules, au chef d’azur chargé de trois étoiles d’argent", Douglas, ETO Écosse (©BNF)
[le coeur est une figure anciennement ajoutée aux armes primitives]
"d’argent à trois feuilles de marais (ou feuilles de nénuphar ou nymphales) de gueules",
Van der Meere, ETO Hollande f°34v (©BNF)
"de gueules à trois bouterolles d’argent", Seebach, ETO Autriche f°19 (©BNF)
[bouterolle = partie métallique à l'extrémité du fourreau d'une épée]
"d’azur à l’escarboucle de gueules, rayonnante d’or", Gaillac, Capitouls 1295 (d'après Boos 362)
"d’argent au mortier d’or, affûté d’azur", Merkatz, Prusse (d'après Boos 946)
"de gueules au triquètre d’argent (alias à trois jambes armées posées en pairle), les éperons d’or",
Isle de Man, Bara (d'après Boos 798) [triquètre = figure imaginaire réunissant trois jambes]
"de gueules à une bande d’or chargée d’une traisnée de sable, accompagnée
de cinq barillets de mesme", Bruslart [= Brulart] (Palliot, p. 638)
"d’argent à la hie de sable (alias d’azur) accompagnée de six roses de gueules en orle",
Damas de Jouancy, Bourgogne (d'après Boos 410) [armes parlantes ; hie = outil pour damer ou tasser la terre]
"d’argent au bris d’huis de gueules en bande", Langeln, Miltenberg 1520
(d'après Boos 1055) [bris d'huis = ferrure de porte]
"d’azur à trois ruches d’or", Nicolas de Floreins, Vienne, Cod. 3297, f°30, 3 (d'après Boos 973)
"Azure, a masculyn fleur-de-lysé or, within and without five young men’s heads couped argent crined or",
Henry Man, Bp. of Sodor and Man, 1546-56, Harl. MS. 5846 (Parker) [masculyn = macle = losange évidée]
"de gueules à trois tresses d’or posées en fasce", Nattes, cath. de Rodez,
arcs-boutant du chœur, fin XVe s. (d'après Boos 791)
"de gueules au chevron d’argent accompagné de trois claricordes (ou clarions) d’or", Thomas Arthur,
Rôle du Siège de Rouen en 1418 (d'après Boos 1080) [claricorde = instrument de musique non identifié]
"d’or à la corne à boire de sable, garnie d’argent, montée sur deux pattes du même",
Müris, ZUR 94 (d'après Boos 1034) [figure imaginaire]
"d’azur à l’échiquier échiqueté d’argent et de gueules posé en losange", Klepzig, ETO f°120v, 12 (©BNF)*
"coupé d’or et de gueules, à la plante d’épine arrachée de sinople, fleurie d’argent", Malaspina Del Spino Fiorito, armoiries peintes à Vérone (d'après Boos 845) [plante d'épine = ancien nom de l'aubépine]
*E. de Boos (ill. 373) donne un blasonnement plus concis "d’azur à l’échiquier d’argent et et de gueules". Qu’il soit échiqueté semble inutile à décrire. La position en losange est peut-être la position par défaut, mais la rareté de la figure ne permet pas de l’affirmer ; néanmoins, si l'échiquier était posé autrement qu'en losange, ce serait un échiqueté...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire